15 janvier 2011 ~ 0 Commentaire

Effet K.

Image de prévisualisation YouTube

Pour souffler un peu dans l’analyse de L’Homme à la caméra, les élèves de Terminale spécialité cinéma ont travaillé sur l’expérience de Koulechov. La lumière a été travaillée avec le concours du Chef opérateur de prises de vues Pierre Souchar dont nous avons déjà pu apprécier le travail sur quelques courts métrages de Gaël Naizet projetés lors des festivals de Brest et de Douarnenez.

Vers 1921, les cinéastes Lev Koulechov et Vsevolod Poudovkine effectuent une expérience révolutionnaire afin d’expliquer le rôle puissant du montage cinématographique sur l’esprit humain et la façon dont ce dernier réagit par associations d’idées. 

Étapes de réalisation 

    1. En premier lieu, Koulechov sélectionne, dans un film d’Evgueni Bauer, trois gros plans de l’acteur Ivan Mosjoukine dans lesquels il adopte un jeu relativement neutre et égal. Son regard est dirigé vers le hors champ. 

    2. Dans un second temps, Koulechov monte les trois gros plans avec d’autres plans différents les uns des autres : une assiette de soupe sur une table, une femme morte dans un cercueil, une petite fille s’amusant. 

    3. Lorsque Koulechov propose à des spectateurs chacun des plans de Mosjoukine et qu’il les interroge sur le jeu de l’acteur, les spectateurs affirment avoir apprécié la justesse de celui-ci pour exprimer successivement la faim, la tristesse et la tendresse. 

L’effet Koulechov prouve la fonction créatrice du montage cinématographique dans le simple assemblage de deux images permettant une analogie de l’esprit d’un sens absent des images isolées.  Psychologiquement, l’effet-K produit dans le regard du spectateur une substitution à l’acteur et à son regard, comme un déplacement des émotions. 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Twilight, The vampire diari... |
Play it again, Sam |
CABINE OF THE DEAD |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | film streaming
| inderalfr
| PASSION MARILYN M.